Casque or Not Casque, la suite – par Alain AUBERGER

J’étais déjà sensible à la nécessité du port du casque dans notre profession et je ne sais pas pourquoi j’ai tardé à franchir le pas. Maintenant c’est fait je skie casqué. Trois choses m’ont fait réfléchir et agir :
1) Nos clients, et notamment les étrangers, qui ont une autre culture que la notre, eux sont casqués et ont une corpulence souvent importante. Faibles skieurs, ils représentent face à nous, avec l’inertie, une force non négligeable. Et nous, nous ne sommes pas protégés.
2) Depuis le début de cette saison, je remarque que le nombre de collision est en augmentation.
3) Et un fait divers proche que je vais vous raconter et que je titrerais « la fierté qui tue ». Un pisteur ouvre une piste et comme cela peut arriver à tous, il chute. Dans sa chute il tape la tête sur la neige verglacée. Il est sonné, mais la fierté d’un pisteur ne lui autorise pas de dire qu’il est tombé et qu’il se plaint de la tête, alors il reprend le téléski pour poursuivre ses ouvertures. Mal de tête, vertiges, bref évanouissement et évacuation. L’hématome très petit se résorbera seul sous une simple surveillance.

Voilà, comme on dit « l’accident n’arrive pas qu’aux autres ».

Alain AUBERGER

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>